Gare aux parpaings
mercredi 26 avril 2006 à 10h04

Il y a un ou deux ans, nul doute que j’aurais consacré un billet — je n’aime pas ce mot, mais article fait un peu trop journaliste — ce que je suis après tout puisqu’un blog est un journal — — à la Gare de l’Est, et ce dès le premier jour. Le premier jour où la station à commencer de se dévêtir. Tombés, les carreaux oranges sur les murs, tombés, les panneaux publicitaires, disparus, les distributeurs de soda. Les murs gris clair comme une peau finement grainée affirment leur existence. Le ciment et le béton étreignent les parpaings et dessinent sur eux les cicatrices des années. L’atmosphère oppressante de naguère a été chassée par cette fraîcheur que l’on puise dans les caves à vin et cet exotisme brut des habitations troglodytes. Que j’aimerais que la station demeure ainsi, accueillante, humanisante, mais sans doute les murs se recouvriront de ce même carrelage orange dont la RATP doit encore avoir un stock conséquent à écouler, et les carreaux orangés se couvriront à leur tour d’affiches commerciales agressives, comme des ronces étouffant un bosquet.

Laissez un commentaire





:-) :-( )-: :-D :-p :-/ ˆ_ˆ :'-( (na!) ;-) ;-p :-$ :-s (lover) o_O (r) (l)