Pourquoi plus tard devrons-nous acheter nos vaches en supermarché ?
jeudi 7 juillet 2005 à 18h26

La question a de quoi surprendre, et peut-être même piquer la curiosité du lecteur fervent. Vous qui n'avez jamais eu besoin d'acheter la moindre vache — et toi, là, qui n'en a même jamais vu une vivante — vous contrefichez éperdument bien sûr de ce genre de pseudo-torture énigmatique méta-existentielle. (En aparté, vous faites bien de le remarquer, ceci est un blog où j'ai décidé d'accumuler inutilement des mots et adjectifs totalement superfétatoires ; ça faisait longtemps que je ne m'étais employé à cette gymnastique littéraire.)

Comment donc allons-nous en arriver là ? Eh bien c'est très simple. Tout vient du fait que les vaches parlent assez mal français. Surtout quand on se rapproche de la péninsule ibérique. A celà se rajoute une réalité troublante : avant que les années et les déformations de la langue viennent s'en mêler, nos pauvres vaches espagnoles illettrées étaient de braves et bourrus Basques espagnols, ce qui octroie soudainement plus de signification à la fameuse expression à ceux qui en avaient oublié l'origine. Ceci étant acquis, je présume que vous voyez sans problème la suite du raisonnement... Je me permets néanmoins d'ajouter l'expression « lache-moi les basques ! ». Ainsi la qualité de mon syllogisme aura vite fait de prouver aux plus sceptiques d'entre vous le 'pourquoi' de la question initiale. (Même qu'on les achetera par paire !) Et peut-être bien que demain, qui sait, les baskets parleront espagnol. Hey dis, c'est pas dingue ça ?

Laissez un commentaire





:-) :-( )-: :-D :-p :-/ ˆ_ˆ :'-( (na!) ;-) ;-p :-$ :-s (lover) o_O (r) (l)